fbpx

L’autoconsommation solaire est une démarche pleine d’avantages, autant pour faire des économies que pour protéger l’environnement. Mais savez-vous qu’il est possible d’optimiser encore plus vos gains d’énergie grâce à la domotique ? C’est ce que nous allons vous présenter dans cet article. 

Qu’est-ce que l’autoconsommation ?

Avant de parler de domotique solaire, il est important de bien comprendre ce qu’est l’autoconsommation. Pour faire simple, il s’agit ici d’un moyen de devenir à la fois producteur et consommateur de sa propre énergie. Ce qui permet donc de s’affranchir (au moins partiellement) du réseau public ainsi que des fournisseurs d’énergie. Aujourd’hui, la manière la plus simple de passer à l’autoconsommation est d’installer des panneaux solaires chez soi, en général sur le toit de son logement. Ainsi, les panneaux captent l’énergie du soleil grâce aux cellules photovoltaïques qui y sont intégrées, puis la transforment en électricité. Les occupants du logement pourront ensuite directement l’exploiter pour faire fonctionner leurs équipements. En plus d’être une démarche respectueuse de l’environnement, l’autoconsommation a pour gros avantage d’être rentable financièrement. En consommant l’énergie que vous produisez, vous faites en effet des économies sur vos factures. Certains arrivent même à subvenir entièrement à leurs besoins via leur installation solaire, sans l’aide du réseau public. 

Qu’entend-on par domotique solaire ? 

Pour commencer, il est bon de rappeler ce qu’est la domotique de manière générale. Par définition, il s’agit d’un terme désignant les techniques mises en place dans le but de gérer et automatiser un ensemble d’objets connectés au sein d’un logement. Ceci afin de faciliter la vie de ses habitants, mais aussi parfois d’augmenter le niveau de sécurité ou de performance des équipements. Lorsque l’on entend parler de maisons intelligentes ou de “smart homes”, il s’agit en réalité de systèmes domotiques. Plus spécifiquement, la domotique solaire consiste à optimiser une installation photovoltaïque reliée à un logement afin d’en tirer un maximum de bénéfices. Cela peut notamment permettre de mieux gérer votre consommation énergétique, automatiser des équipements pour maximiser la quantité d’électricité produite, ou plus globalement de gérer à distance vos appareils. La domotique solaire a donc pour intérêt d’améliorer l’autoconsommation d’un logement, autant en termes d’efficacité que de confort. 

Domotique solaire : comment ça marche ?

Le fonctionnement d’un système domotique au sein d’un logement en autoconsommation solaire sera souvent basé sur un petit boîtier permettant de relier les différents équipements entre eux. De plus en plus d’entreprises commencent d’ailleurs à commercialiser ce type de boîtier. A titre d’exemple, on a l’IndepBox proposé par ComWatt qui a pour but de permettre à ses clients de consommer un maximum d’énergie produite via ses panneaux solaires. Toutefois, pour qu’une installation soit le plus efficace possible, il faut prendre en compte tous les aspects de sa consommation et bien choisir ses équipements. L’un des appareils les plus importants pour réguler ses dépenses d’énergie est le thermostat connecté. Il permet en effet d’avoir un contrôle total sur son système de chauffage et même d’automatiser certaines fonctions. Une fonctionnalité intéressante dans le cas d’un logement en autoconsommation solaire est la programmation de plages horaires auxquelles l’énergie sera plus ou moins exploitée. Cela peut permettre de s’accorder sur les heures où le niveau d’ensoleillement est le plus élevé afin d’exploiter au maximum les panneaux. 

Le coût d’un système domotique pour son installation solaire

On ne peut pas vraiment dire avec précision quel est le coût total d’un système domotique optimisé pour l’autoconsommation solaire. Il s’agit d’une pratique encore très nouvelle et les prix sont très variables. De plus, cela dépend du nombre d’appareils que vous souhaitez intégrer à votre installation ainsi que du type de boîtier que vous choisirez. Le prix d’un boitier représente toutefois un certain investissement puisqu’il peut aller de 500 à plus de 2000 euros pour les modèles les plus sophistiqués. Ceci dit, le gros avantage de ce type d’équipement est qu’il rentre dans le cadre d’une rénovation énergétique. L’Etat encourage grandement cette démarche avec de nombreuses aides financières, que ce soit pour l’achat de matériel ou pour la pose des équipements. Vous pourrez notamment bénéficier de primes auprès de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat), d’un taux de TVA à 5.5% ou encore d’un crédit d’impôt. N’hésitez donc pas à vous renseigner sur les aides auxquelles vous pouvez prétendre dans votre situation personnelle. 

Partagez nous: